Contact & coordonnées

Ouvert à tout public
le mercredi de 19 à 22 h

Iskis
6 rue Saint-Martin

35700 Rennes
Métro Sainte-Anne

Tél. : 02 99 33 26 08
contact@iskis.org
Facebook
Twitter
Instagram
 

J'adhère, je soutiens

Déduction fiscale : si vous êtes un particulier, votre don ouvre doit à une réduction d'impôt sur le revenu égale à 66 % de son montant dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Je soutiens, j'adhère, je donne ici.

Membre fier

La Fédération LGBTI+ regroupe les centres et associations LGBTI+ de France.

 

L'association a déménagé au 6 rue Saint-Martin !

 

Ce site n'est plus mis à jour.

Nouveau site web

Nos actualités

Plus loin

L'homophobie utilisée par des intégristes à Lille

2011-03-13 21:09

0 commentaire(s)

Nous relayons un communiqué de presse du Centre LGBT Paris Île de France :

À Lille, les gays et les lesbiennes font les frais d'un règlement de compte entre intégristes musulmans !

Paris, le 11 mars 2011,

Les Lillois du quartier sud de Lille ont trouvé dans leur boite aux lettres une brochure de Mâamar Metmati intitulée : « Tariq Ramadan et l'homosexualité » publié par les éditions la lanterne. Éditions la Lanterne - Metmati12@hotmail.fr - 06.11.10.35.00

L'auteur est un islamiste fondamentaliste, ennemi de longue date de Tariq Ramadan. Il a publié « Tarik Ramadan un imposteur du 21e siècle ». Il déclare faire l'objet d'un boycott agressif de la part de Ramadan et de ceux qui le soutiennent. L'auteur considère que « L'islam en France ou même en Europe se trouve entre les mains des hypocrites » et il reproche aux musulmans de se laisser berner par Ramadan.

À première vue, il semble bien s'agir d'un règlement de compte entre intégristes musulmans. Mâamar Metmati attaque violemment Tarik Ramadan qu'on ne peut pourtant pas vraiment qualifier de progressiste. L'intellectuel Ramadan manie habilement un double langage mais ses prises de positions, si elles ne donnent pas dans la grossière surenchère comme celle de Metmati, sont néanmoins intégristes, en particulier vis-à-vis du droit des femmes et du mariage pour les couples de même sexe.

Un règlement de compte entre intégristes, alors pourquoi s'en mêler ? Parce qu'il s'effectue sur le dos des gays et des lesbiennes. Parce qu'il incite à la haine homophobe, les personnes qui auront trouvé dans leur boîte aux lettres cette brochure de propagande. Certes, de nombreux passages ne sont que des citations du Coran et de la Sunna mais pas seulement, l'auteur les commente à sa façon et en rajoute, considérant que l'homosexualité est « un crime ignoble, immonde écœurant, répugnant, abject ».

Voyez plutôt : « Je considère les propos de Tarik comme une incitation à la perversion dans la mesure où il banalise le crime d'homosexualité. » ou encore : « Il est bien évident, qu'un musulman ne peut en aucun cas, respecter ce que Dieu et son Messager ont dénoncé comme étant une infamie. Cela reviendrait à la même chose que demander à un musulman de respecter la pédophilie, la zoophilie, l'inceste… etc. Je dis bien, exactement à la même chose. »
Cet appel à la haine est clairement un appel au meurtre : « L'envoyé de Dieu a dit : « Si vous trouvez quelqu'un agir comme agissait le peuple de Loth, tuez alors l'agent et le sujet.&nbps;»L'auteur se réjouit que des non musulmans aient « des positions plus conformes à l'Islam » que celles de Ramadan et il cite des dizaines de commentaires homophobes de personnalités telles qu'Eminem « Mes mots sont comme un poignard à bord dentelé. Ils te poignardent dans la tête, que tu sois un pédé ou une gouine », Lelouche : « Il y a les zoophiles aussi. Stérilisez-les », Ron Hubbard, 50 cents, Vanneste, Le Pen, Larché…

On comprend bien ici que l'homosexualité est le prétexte choisi par l'auteur pour s'attaquer à un rival et tenter de promouvoir son islamisme fondamentaliste. Il n'en demeure pas moins vrai que ce document est très dangereux parce qu'il arrive dans des foyers et que des gens y seront sensibles.

En outre, il tombe sous le coup de la loi qui interdit les appels à la haine homophobe. Sa diffusion doit donc être interdite et l'auteur comme la Maison d'édition doivent être poursuivis et sévèrement condamnés, à la fois par les juridictions mais aussi par les autorités religieuses qui doivent dénoncer avec force cette brochure au contenu à la fois intégriste et homophobe. Les associations Lilloises se sont mobilisées et prennent conseil pour décider de la suite à donner aux évènements, une action inter-associative pourra toujours être envisagée.

Ce qui est troublant également c'est que ce document soit diffusé maintenant, à quelques jours des Cantonales et on se demande où l'auteur a pu trouver l'argent pour éditer et distribuer ainsi, en grand nombre sa brochure. Il n'est pas impossible qu'il serve ses propres intérêts mais pas seulement.
Le contexte est pour le moins difficile à Lille en ce moment pour les personnes LGBT. La diffusion de cette brochure nauséabonde fait suite au saccage de l'exposition « Homosexualités » visible dans la faculté de médecine de Lille 2 et sauvagement taguée.
Le Centre LGBT Paris IdF demande l'interdiction de cette brochure, la condamnation de son auteur et de sa maison d'édition pour incitation à la haine homophobe ; il souhaite également que les autorités religieuses musulmanes s'expriment sans tarder pour condamner les l'homophobie de Mâamar Metmati. Enfin, il exprime sa solidarité aux associations LGBT Lilloises et si besoin est, à l'instar d'autres associations LGBT, il n'exclue pas de se constituer partie civile dans un procès contre l'auteur.

Pour le Centre LGBT Paris IdF, Christine Le Doaré, présidente

Brenda, lesbienne ougandaise doit rester en France

2011-03-10 22:17

0 commentaire(s)

Nous relayons un communiqué de presse de Tjenbé-Red du 9 mars :

La 101ème Journée internationale des femmes était célébrée hier. Dans un communiqué du 7 mars, ACT UP-PARIS annonce que Brenda, activiste de l’association SMUG (Sexual Minorities Uganda), a dû fuir l’Ouganda pour arriver en France le 18 février et demander le droit d’asile. 
  
Faire partie d’une minorité sexuelle en Ouganda signifie s’exposer aux discriminations, aux violences et à la détention. Le portrait de Brenda, estampillé «lesbienne», a fait la une du tabloïd «Red Pepper» en octobre. Quelque temps après, elle assistait à l’enterrement de David KATO, activiste gay de SMUG, qui a défrayé la chronique. Des vidéos ont circulé... 
  
Brenda a pu s’enfuir en France mais possède un visa d’un mois et pourrait être sommée par les autorités françaises de retourner en Ouganda.

TOTAL RESPECT - TJENBÉ RÈD FÉDÉRATION (Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes) se joint à ACT UP-PARIS pour exiger que la France accorde le droit d’asile à Brenda ; que le ministre des affaires étrangères Alain JUPPÉ s’oppose au génocide des personnes LGBT (lesbiennes, gais, bi & trans) en Ouganda ; que le gouvernement français au sein de l’ONU demande qu’une résolution internationale soit prise contre tous les États homophobes.

Contacts presse pour ACT UP-PARIS : 
Cécile LHUILLIER / 06 65 64 52 88 ; 
Audrey GRELOMBE / 06 25 47 91 36 ; 
Christophe ROLLAND / 01 44 29 44 84. 
  
NB : Brenda ne doit pas être confondue avec sa compatriote Brenda NAMIGADDE qui connaît la même situation au Royaume-Uni (cf. notre manifestation du 1er mars).

Un militant homo Ougandais assassiné

2011-01-27 16:20

0 commentaire(s)

Outé dans le malheureusement désormais célèbre tabloïd "Rolling Stones", David Kato a été passé à tabac à son domicile et est décédé de ses blessures. Il faisait partie de cette poignée de militants LGBT en Ouganda qui, dans un climat plus que malsain, font preuve jour après jour d'un courage incroyable en s'engageant pour les droits des personnes LGBT. Il militait dans l'association "Minorités sexuelles en Ouganda".

À plusieurs reprises, des homosexuelLEs se sont retrouvés listés dans les colonnes de "Rolling Stones", tabloïd ouvertement homophobe et appelant au meurtre des homos en Ouganda.

Le contexte politique met le feu aux poudres et catalyse toute cette violence homophobe. En effet, déjà pénalisée, l'homosexualité fait l'objet d'un projet de loi durcissant les chefs d'inculpation et les sanctions. Ainsi on encourra la peine de mort pour un viol sur mineur du même sexe. Quand on sait que dans nombre de pays homophobes les relations consenties entre personnes de même sexe sont régulièrement qualifiées de viol par les autorités, on imagine vite les effroyables dérives.

L'article du Monde

Agrément "Jeunesse et éducation populaire" David & Jonathan

2011-01-26 20:38

0 commentaire(s)

Nous relayons le communiqué de presse de l'association David & Jonathan qui vient tout juste d'obtenir l'agrément "Jeunesse et éducation populaire" de la part du Ministère de l’Education nationale, de la jeunesse et de la vie associative.

Paris, le 20 janvier 2011

C’est une reconnaissance du savoir-faire et des succès de l’association dans la « formation globale des hommes et des femmes, dans leur épanouissement et leur prise de responsabilités dans la Nation comme dans leur vie personnelle » (2). Depuis bientôt 40 ans, D&J valorise le « vivre ensemble » en réunissant des hommes et des femmes, des jeunes et des moins jeunes, des Chrétiens et des non-Chrétiens, de toutes origines sociales et géographiques (plus de 20 groupes locaux sur toute la France)… Le fonctionnement démocratique de l’association ainsi que la transparence dans sa gestion ont aussi retenu l’attention du Ministère.

David & Jonathan tient particulièrement à développer, parmi ses nombreuses actions, celles pour les jeunes (3) de l’association mais aussi vers les jeunes en milieu scolaire : la lutte contre les discriminations à l’école et particulièrement contre l’homophobie.

Au sein de l’association, la commission Planète Jeunes (4) organise un accueil et des activités ciblés, développe les thématiques de prévention (mal-être, santé…) et pilote les rencontres nationales jeunes. Dans le cadre des interventions de D&J en milieu scolaire (5), depuis 8 ans, plus de 2000 élèves et éducateurs/trices ont été concerné-e-s. Depuis 2007, l’association est partenaire de la Région Alsace dans le cadre du « Mois de l’Autre : éducation à la tolérance et à la solidarité » (6).

David & Jonathan est fier et honoré d’être reconnu par les pouvoirs publics comme une association exemplaire au carrefour de la société, des Eglises et du monde LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans).

Elisabeth Masset, co-présidente et Patrick Sanguinetti, co-président et porte-parole
06 73 60 98 04 et communication@davidetjonathan.com

Plus d’informations sur www.davidetjonathan.com/spip.php?article5993

(1) Arrêté ministériel du 26 août 2010 disponible sur notre site

(2) Définition du domaine « éducation populaire » selon le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative (www.associations.gouv.fr)

(3) David & Jonathan accueille les jeunes à partir de 18 ans

(4) Plus d’informations sur la commission Planète jeunes : www.davidetjonathan.com/spip.php?rubrique27

(5) Plus d’informations sur la Commission des Interventions Extérieures (CIE) : www.davidetjonathan.com/spip.php?rubrique107

(6) Le mois de l’autre sur le site de l’Académie de Strasbourg : http://www.ac-strasbourg.fr/sections/scolarite_examens/vie_scolaire/education_a_la_toler

David & Jonathan, 92 bis, rue de Picpus, 75012 Paris.
Tél./fax : 01 43 42 09 49. Courriel : contact@davidetjonathan.com
Site : www.davidetjonathan.com. Médias : 06 73 60 98 04 et communication@davidetjonathan.com

David & Jonathan, mouvement homosexuel chrétien, est une association loi 1901, fondée en 1972, agréée « Jeunesse et Education Populaire ». Elle est présente dans 22 villes de France. Elle est membre de l’Inter-LGBT (Interassociative lesbienne gaie bi et trans), de regroupements associatifs locaux, de Sida Info Service, du RAVAD (Réseau d’assistance aux victimes d’agression et de discrimination), de Chrétiens et Sida, des Réseaux du Parvis (Chrétiens en liberté pour d’autres visages d’Eglise), de l’ILGA-Europe (International Lesbian and Gay Association) et co-fondatrice du Forum européen des groupes chrétiens gays et lesbiens. David & Jonathan est partenaire de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie dont le thème en 2010 et 2011 sera « Homophobie et institutions religieuses ».

Pétition contre les viols collectifs de Sudafricaines

2011-01-26 19:14

0 commentaire(s)

Face à l'effroyable nombre de femmes lesbiennes violées en Afrique du Sud, des femmes du Cap ont décidé de lancer un appel au Ministère de la Justice pour dénoncer cette pratique si répandue dans le pays. Elles risquent leur vie pour sortir les femmes de la domination violente des hommes.

La pétition a déjà rassemblé 14 000 signatures, forçant le Ministre à s'exprimer à la télévision. Cependant, aucune réponse à leur demande d'actions n'a encore vu le jour.

La communauté internationale souhaite donc relayer cet appel afin de lui donner encore plus d'ampleur et ainsi espérer toucher à la fois le Ministère de la Justice mais aussi le Président Zuma.

https://secure.avaaz.org/fr/stop_corrective_rape_4/?cl=922544367&v=8243

L'Afrique du Sud, souvent appelée la "Nation arc-en-ciel", est admirée dans le monde entier pour ses efforts post-apartheid de protection contre les discriminations. Ce fut le premier pays à protéger dans la constitution les citoyens contre toute forme de discrimination basée sur la sexualité. Mais dans la seule ville du Cap, l'association locale Luleki Sizwe a enregistré plus d'un "viol correctif" par jour, et l'impunité règne.

Le viol correctif est fondé sur l'idée choquante et totalement fausse qu'une femme lesbienne peut être violée pour "corriger" sa sexualité, mais cet acte abominable n'est même pas classé dans les crimes de haine en Afrique du Sud. Les victimes sont souvent noires, pauvres, lesbiennes et très marginalisées. Mais même le viol collectif et l'assassinat de Eudy Simelane - héroïne nationale et ancienne star de l'équipe de foot féminine nationale - en 2008, n'a pas renversé la tendance. Et la semaine dernière, le Ministre de la Justice Radebe a insisté sur le fait que le motif de crime de haine n'était pas valable dans le cas de "viols correctifs".

L'Afrique du Sud est la capitale mondiale du viol. Une fille sud-africaine née aujourd'hui a plus de chance d'être violée que d'apprendre à lire. Bien que difficile à admettre, un quart des filles sud-africaines sont violées avant l'âge de 16 ans. Beaucoup de raisons sont à invoquer: la domination masculine (62 % des garçons de plus de 11 ans pensent que forcer quelqu'un à avoir une relation sexuelle n'est pas un acte de violence), la pauvreté, la promiscuité, le chômage et la précarité des hommes commettant les viols, la passivité de l'entourage -- et, dans certains cas courageusement dénoncés aux autorités, une réponse policière lamentable et des condamnations laxistes.

Deux homos iraniens risquent la lapidation

2011-01-25 19:53

0 commentaire(s)

Nous relayons un communiqué de presse du CLGBT Paris Île de France :

Le Comité International contre la lapidation nous avait alerté sur le cas de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, condamnée à mort pour le meurtre de son mari puis à la lapidation pour adultère.

Cette fois, l’ICAS nous informe que Ayub et Mosleh, âgés de 20 et 21 ans, emprisonnés à Ourmia après un procès sommaire, ont été condamnés à la lapidation. Le régime iranien n’a pas supporté qu’ils puissent filmer leurs ébats, ce qui relève pourtant de leur stricte vie privée. Ces deux jeunes hommes avaient agrémenté leur vidéo de photos humoristiques d’Ahmadinejad et du guide suprême religieux Khamenei.

Humour subversif et homosexualité ne sont pas bien vus en Iran, la libération des femmes non plus !

Le régime agit dans la précipitation afin d’éviter que s’organise un mouvement international de protestation comme dans le cas de Sakineh dont le dossier est actuellement réexaminé.

Les cas signalés d’exécution sommaire, qu’il s’agisse de pendaison ou de lapidation sont en constante augmentation en Iran. Les victimes sont toujours un peu les mêmes, les femmes qui ne se soumettent pas, les opposants politiques et les gays et les lesbiennes, dans ce dernier cas, il faut dire que le code pénal iranien n’opère pas de distinction entre le viol, l’inceste et les rapports sexuels entre personnes de même sexe.

La société civile, les associations de défense des Droits Humains, les associations LGBT mais aussi les autorités Françaises, comme les institutions européennes et l’ONU doivent se mobiliser rapidement et tout faire pour empêcher l’exécution de ces deux jeunes hommes prévue vendredi !

Soutien à Samir

2011-01-19 20:55

0 commentaire(s)

Nous relayons un communiqué de l'Ardhis pour Samir, Tunisien menacé d'expulsion imminente :

Liberté et protection pour Samir

L'Ardhis a été alertée de la situation de Samir (prénom d'emprunt), Tunisien de 24 ans qui se trouve depuis le 23 décembre dernier au centre de rétention administrative de Vincennes (94). Il est sous le coup d'un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière (APRF) du 17 juin dernier notifié par le préfet du Val d'Oise (95). Cette décision, non contestée dans les délais, est exécutoire. L'expulsion de Samir peut aujourd'hui intervenir à tout moment !

Samir est arrivé en Italie pour rejoindre son père à l'âge de 16 ans où il a vécu six années difficiles. Depuis deux ans il s'est installé en région parisienne. En dépit de la précarité de sa situation ici, Samir n'accepte pas l'idée d'un retour en Tunisie, tant parce qu'ayant quitté la Tunisie à l'âge de 16 ans il y a perdu la plupart de ses attaches, que parce que c'est en Europe qu'il a pu vivre son orientation sexuelle relativement tranquillement.

L'Ardhis considère qu'expulser Samir est une mesure tout à fait indigne et inhumaine :
- Balaierait-on ainsi 8 ans de la vie de ce jeune majeur qui a quitté son pays alors qu'il avait 16 ans ?
- Déclinerait-on ainsi toute responsabilité sur son état psychique alors qu'il est arrivé mineur en Europe et qu'aucun service social ne l'avait alors pris en charge ?

Cette expulsion aurait probablement des conséquences dramatiques, peut être irréversibles, sur son état.

Qui plus est, alors qu'il est de notoriété publique que les rapatriés font l'objet d'un fichage en règle par la police locale, que ces jours-ci des jeunes y décèdent sous le coup de balles réelles, comment ne pas s'inquiéter du traitement dont il pourrait faire l'objet par les autorités tunisiennes ?

Pétition à signer

 

La vitrine de Nantes à nouveau vandalisée

2011-01-12 20:16

0 commentaire(s)

Seulement trois semaines après que sa vitrine a été détruite, le CLGBT de Nantes a de nouveau été vandalisé. L'équipe exprime sa lassitude face à ce nouvel acte de violence homophobe.

Le CGLBT de Rennes ne peut que condamner ces gestes déplorables et exprime toute sa sympathie à l'égard de l'équipe et des membres du CLGBT de Nantes.

Vous pouvez lire la réaction du CLGBT Nantes : http://www.clgbt-nantes.fr/spip.php?article245.

Si vous voulez vous mobiliser pour protester aux côtés de Nantes, une manifestation est organisée le samedi 22 janvier à 15h, Place Royale.

"Ce rassemblement commencera par un Kiss in et sera suivi de prises de parole. Nous souhaitons exprimer notre refus de tels actes de violence et de haine et notre unité dans la lutte contre toutes formes de discriminations et d'atteinte aux droits des personnes."

Les vieux démons du pape sur la sexualité, les homos et le sida

2010-11-29 23:20

0 commentaire(s)

Nous relayons un communiqué de presse de David & Jonathan au sujet des propos que le Pape Benoît XVI a tenu dans "Lumière du monde".

Les vieux démons du pape sur la sexualité, les homos et le sida

David & Jonathan, mouvement homosexuel chrétien, est consterné par les propos de Benoît XVI dans son livre « La Lumière du monde » qui paraît aujourd’hui en France, aux éditions Bayard. Nous ne trouvons aucune inflexion significative dans les propos du pape sur la sexualité ou le sida, tout au plus une petite avancée concernant l’usage du préservatif, vite démentie. Bien plus, ses formules semblent expliciter l’esprit de ses précédentes déclarations sur le sujet, en novembre 2005 et mars 2009, mais d’une manière plus abrupte.

Ce livre, au ton sévère, au regard désespéré sur le monde contemporain, est – sur ces thèmes – péremptoire, scandaleux, méprisant et mensonger. Il condamne l’homosexualité comme contraire à la volonté de Dieu. Il juge aussi comme imparfaites en humanité bon nombre de vies affectives et sexuelles. Il méprise enfin les actrices et acteurs de la prévention du sida et les militant-e-s des droits humains.

Mensonger sur les mouvements d’émancipation. Pour le pape, soutenir la lutte contre les discriminations faites aux femmes et aux homosexuel-le-s revient à déployer une intolérance totalitaire envers l’Église et ses convictions (pp. 77-78) ou à s’éloigner de la vraie foi (pp. 128-129). Dans le combat pour les droits humains, nous pensons au contraire que ce sont les autorités ecclésiastiques qui veulent imposer leurs positions à la société civile, autant que cela leur est possible ! Si ces autorités sont attaquées, c’est en raison de leur obstruction à tout mouvement d’émancipation – en particulier des femmes – et non pour l’expression de leurs valeurs religieuses.

Méprisant envers les actrices et acteurs de terrain. Dans la lutte contre le sida, il présente l’Église comme « la seule institution à se tenir concrètement tout près des hommes », et qui « en fait plus que les autres parce qu’elle ne se contente pas de faire des discours dans les journaux, mais aide les sœurs et les frères sur le terrain » (p. 159). Quel mépris à l’égard des autres acteurs de la prévention et de leur travail ! Les catholiques qui luttent avec eux ne peuvent se reconnaître dans une telle prétention.

Une scandaleuse vision de la sexualité. Sa fameuse « humanisation » de la sexualité (p. 160), cette « rénovation spirituelle et humaine qui entraîne un nouveau comportement dans les relations entre les êtres » (p. 248), suppose en fait que certain-e-s doivent évoluer en abandonnant une sexualité amorale et infra-humaine (pp. 159-161). Or, la sexualité de chaque personne est humaine de fait (y compris celle des prostitué-e-s) et chacun-e peut puiser en elle-même, en lui-même, des ressources pour encore plus d’humanité, de responsabilité, de liberté.

Des jugements péremptoires sur l’homosexualité. Selon le pape, « l’homosexualité n’est pas conciliable avec la vocation de prêtres » (p. 201). Or, toute vocation ne relève-t-elle pas de la seule initiative de Dieu, sans distinction de personnes ? Dieu ne se prive pas d’ailleurs d’appeler des homosexuel-le-s, y compris au sacerdoce. Quelles seraient les aptitudes qui leur manqueraient pour être appelé-e-s ? Est-ce que « leur orientation sexuelle les éloigne du véritable rôle de père, du cœur même de la prêtrise » (p. 201) ? En effet, qui mieux que des célibataires sans enfants peuvent être de véritables pères ! Et de nombreux exemples attestent que les gays et les lesbiennes sont d’aussi bons parents que les autres.

Elisabeth MASSET, co-présidente et Patrick SANGUINETTI, co-président et porte-parole
Contact : 06 73 60 98 04, communication@davidetjonathan.com
Plus d’informations sur www.davidetjonathan.com/spip.php?article5947

L’ONU retire l’orientation sexuelle des motifs de condamnation des exécutions injustifiées !

2010-11-24 20:19

0 commentaire(s)

Nous relayons le communiqué de presse du Centre LGBT Paris ÎdF :

L’amendement qui condamne les exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires et les autres assassinats est voté par l’Assemblée Générale de l’ONU tous les deux ans et depuis les 10 dernières années, il contenait une référence à l’orientation sexuelle.

Une motion introduite par le Maroc et le Mali et soutenue en majorité par les pays africains et arabes dont beaucoup criminalisent l’homosexualité et cinq d’entre eux la condamnent à mort, retire la référence aux gays et aux lesbiennes (orientation sexuelle) de la résolution condamnant les exécutions injustifiées. L’amendement remplace le mot « orientation sexuelle » par « raisons discriminatoires de n’importe quel motif », pourtant la résolution fait explicitement référence à un grand nombre d’autres motifs tels que les défenseurs des Droits humains et les minorités religieuses et ethniques ou les enfants des rues.

La motion est passée par 79 voix contre 70 et a été approuvée par l’Assemblée Générale de l’ONU par 165 voix en faveur et 10 abstentions. Cary Alan Johnson, directeur exécutif de l’International Gay and Lesbian Human Rights Commission a déclaré : « ce vote est dangereux et constitue une évolution dérangeante ».

Le Centre LGBT Paris IdF ne sera pas le seul à considérer le retrait explicite de la référence à l’orientation sexuelle comme scandaleux et particulièrement préoccupant. A l’évidence, il s’agit de donner des gages aux intégrismes religieux.

En Ouganda, la loi anti-gay qui menace d’emprisonnement à vie et de mort les gays et les lesbiennes peut être adoptée d’un jour à l’autre. Hélas, de nouvelles ressources pétrolières viennent d’être découvertes en Ouganda, l’argent qui en résultera pourra permettre au pays de s’affranchir des donateurs mondiaux et de leurs exigences de démocratie. La loi anti-gay oblige la population à la délation et conduira inévitablement à un véritable génocide. Elle sera immédiatement adoptée dans les pays voisins qui n’attendent que ce signal. Les évangélistes américains ont bien travaillé, ne parvenant à leurs fins dans leur propre pays, ils ont fait de l’Afrique un laboratoire de haine à l’encontre des homosexuels et des lesbiennes, encouragés par un gouvernement indigent incapable de régler ses difficultés économiques et sociales et qui a tout à gagner à occuper sa population avec des boucs émissaires.

Les intégrismes religieux gagnent considérablement du terrain, en Afrique, dans les pays arabes mais également en Europe et en particulier en France ou les principes de laïcité indispensables à l’égalité entre les sexes notamment, sont déjà amplement bafoués dans nombre de circonstances et organismes publics. Les gays et les lesbiennes mais également les femmes en sont les principales victimes.

Si l’ONU même ne fait plus référence à l’orientation sexuelle et ouvre ainsi la voie à l’assassinat massif des gays et des lesbiennes dans nombre de pays, la situation est désormais particulièrement alarmante et les solutions pour y remédier seront de plus en plus difficiles à mettre en œuvre.

Nous en appelons à un réveil laïc des institutions françaises, européennes et mondiales. Il est temps d’agir vite et fort et de tenter de renverser cette situation avant qu’il ne soit trop tard !